La Compagnie de l'Astre

Projet Mario Batista

Que cela suive ainsi son cours, voilà la catastrophe
d’après LE DÉPART et DÉCHIRURES de Mario Batista

Mise en scène William Astre – Dramaturgie Didier Boulle
Création 2018/2019

Production La Compagnie de l’Astre. 
Coproduction Maison du Développement Culturel de Gennevilliers, autres : en recherche.
En partenariat avec SPEDIDAM,  Lilas en scène, Théâtre de l’Aquarium, La Mue. 
Avec le soutien du T2G – Centre Dramatique National de Création Contemporaine

Présentations de maquette : 9 et 10 mars 2018 (Lilas en scène) / 27 avril 2018 (Théâtre de l’Aquarium)

Le Départ (Création française)
Mme B. arrive sur un quai près de Calais. Elle fuit son pays pour échapper aux ministres qui la pourchassent pour lui voler son argent.
Raoul attend déjà sur le quai. Il fuit son pays pour échapper à la misère qui le pourchasse pour lui voler sa vie.

Déchirures (Création française)
«Voilà, depuis longtemps, je voulais faire un tableau sur « l’amour », mais pas avec le petit angelot et les flèches, non, pas une vision idéalisée et fausse, mais quelque chose qui rende un peu de la complexité de « l’amour », c’est-à-dire notamment le jeu de l’attraction / répulsion, à l’intérieur duquel on est mobile, ce déplacement qui en somme comprend un éventail large et peut-être même exhaustif des sentiments qu’un être humain peut éprouver à l’égard d’un autre, de la répulsion la plus radicale à l’attraction la plus fusionnelle, sans frontière, une sorte de bulle d’air dans un récipient d’eau, qui descend ou monte, selon l’humeur, mais jamais ne se fige». Mario Batista.

Mario Batista
Après des études de lettres classiques et une formation de comédien au conservatoire, Mario Batista s’initie à l’écriture par le biais de la chanson. Pour le théâtre, il a écrit : Deux morceaux de verre coupant qui a reçu la bourse du ministère de la Culture (édité et lue à Théâtre Ouvert, au festival Nouvelles écritures scéniques et au Théâtre 95 de Cergy-Pontoise), Femme sous x, Cimetière, Douleur liquide, Vieillards immortels. Le Petit Frère des pauvres (éditions Tapuscrit – Théâtre Ouvert, 2003) a reçu une aide du ministère de la Culture. En     2006, il écrit l’opérette punk Erma et moi pour la compagnie Le Théâtre des Lucioles. Pour la pièce L’arrestation, il reçoit l’aide aux auteurs du CNT en 2009. Depuis ses premiers écrits, Mario Batista a toujours lié la recherche à la transmission. Ainsi, il anime depuis plusieurs années des ateliers d’écriture et de jeu, notamment à Montevideo, Lorient, Paris et Marseille.

Les textes sont parus aux éditions Les cygnes.